INS Flash n° 65 - INS HEA - juin 2012

Le défi de la transition vers l’emploi pour les étudiants handicapés

Le projet Univers’emploi Leonardo da Vinci « transfert d’innovation », a pour objectif de développer une méthodologie d’accompagnement des étudiants handicapés permettant de conjuguer réussite universitaire et accès à l’emploi. Á l’INS HEA, une équipe constituée de Laurence Joselin, Zineb Rachedi-Nasri, Sara La Tour, et Anne Quesada participe à ce projet, sous la direction scientifique de Serge Ebersold.

Gwenaëlle Charamond. Pouvez-vous nous expliquer la genèse de ce projet ?
Laurence Joselin. Différentes études OCDE (OCDE, 2003 ; OCDE, 2008 ; Ebersold, 2008) ont montré que l’augmentation du nombre d’étudiants en situation de handicap dans l’enseignement supérieur n’avait qu’un impact très limité en terme d’emplois. Ce projet a pour objectif d’inverser cette tendance en favorisant la transition entre l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle pour ces étudiants. L’idée est de faciliter le passage d’un statut d’étudiant en fin d’études à une insertion durable dans le monde du travail (dans le secteur public, privé ou associatif) en adaptant une méthodologie d’accompagnement à partir de l’expérience.de l’université d’Aarhus au Danemark.

G. C. Quelle a été la méthodologie de ce projet ?
L. J. Serge Ebersold, le responsable scientifique du projet, travaillait depuis quelque temps avec l’université d’Aarhus qui a développé une approche innovante pour les étudiants handicapés pendant leurs cursus d’études en mettant en place un accompagnement académique spécifique.
Ce dispositif original consiste à prendre en compte non simplement l’analyse du cursus d’études et des aménagements nécessaires, mais aussi tous les aspects de la vie de l’étudiant à besoins éducatifs particuliers. L’accompagnement est basé sur une analyse des besoins détaillée qui prend en compte toutes les dimensions de la vie étudiante. L’objectif du projet Univers’emploi est de faciliter la transition vers l’emploi en adaptant cette méthode de l’université d’Aarhus, en l’ouvrant aux dimensions professionnelles et à d’autres pays européens, avec la modélisation d’outils communs et une phase d’expérimentation, d’analyse et d’évaluation pour disséminer ce dispositif à d’autres universités.

G. C. Qui sont les différents partenaires de ce projet européen?
L. J. Quatre pays européens y participent : le Danemark, l’Irlande, l’Italie et la France. Ils ont été choisis pour la diversité de leur cadre législatif ou de leur contexte d’accueil des étudiants handicapés à l’université.
Les partenaires sont l’INS HEA qui porte le projet au niveau européen, en lien avec l’association Tremplin Études-Handicap-Entreprises ; l’université d’Aarhus ; l’université Foro Italico de Rome ; le Tritiny College de Dublin ; l’université de Cork, avec les collaborations des universités de Rome 3 et de Messina pour l’Italie, ainsi que les universités de Paris Ouest Nanterre La Défense, Strasbourg et Montpellier 1.

G. C. Pouvez-vous nous détailler les étapes de ce projet ?
L. J. et Zineb Rachedi-Nasri. Il s’agissait tout d’abord de modéliser les outils élaborés par l’université d’Aarhus en y ajoutant les éléments concernant l’insertion professionnelle, pour concevoir une palette d’outils correspondant aux besoins de chaque pays, - dont un guide d’évaluation des besoins académiques et professionnels -, puis de former les chargés d’accueil des missions handicap des universités à leur utilisation.
Dans un deuxième temps, cette méthodologie a été expérimentée auprès de vingt étudiants de chaque pays, selon les critères d’inclusion suivants : être en dernière année d’un cursus (licence 3 ou master 2) ; rencontrer des difficultés d’accès à l’emploi ; prendre en compte une diversité des filières et de types de handicaps. Quatre types de handicaps reconnus dans les pays participants (car tous les pays n’ont pas la même définition du handicap) ont été ainsi définis : handicap moteur, sensoriel, psychique et maladie invalidante. Les chargés d’accueil des missions handicap des universités partenaires ont contacté les étudiants à partir des critères définis. Ces vingt étudiants par pays sont accompagnés vers l’emploi, à la fois par le chargé d’accueil de l’université et par des référents professionnels.
L'INS HEA a collaboré avec l’association Tremplin Études - Handicap - Entreprises, qui a un réseau d’entreprises adhérentes et une bonne connaissance du monde étudiant, pour la phase de mobilisation des entreprises, la sollicitation des parrains bénévoles et le suivi de l’expérimentation. Il s’agissait de mobiliser un référent professionnel pour chaque étudiant, dont le rôle était de poursuivre un travail d’accompagnement selon la méthodologie et les outils élaborés durant la première phase du projet. En effet, le projet Univers’emploi vise également à sensibiliser les entreprises au handicap et former ces référents professionnels à l’accompagnement de l’étudiant. Ces référents professionnels ont des profils variés : ils peuvent être chargés de mission handicap d’un grand groupe ou au contraire ne pas connaître ce domaine.
Après un premier entretien d’évaluation des besoins académiques et professionnels de l’étudiant par le chargé d’accueil de l’université, suivent durant l’année universitaire quatre rendez-vous avec le référent professionnel dans l’entreprise. Ces rencontres permettent d’aborder ce dont l’étudiant a besoin pour faire émerger ses capacités pour une insertion réussie dans le monde professionnel. Les entretiens entre étudiants et référents professionnels sont un moment d'échange pendant lequel un professionnel transmet ses connaissances en fonction des besoins de l'étudiant. Il s'agit donc d'une démarche construite conjointement pour un appui personnalisé et ciblé sur les besoins particuliers de l'étudiant. Il peut être question, par exemple, de préciser un projet professionnel hésitant en encourageant l'étudiant à faire lui même un certain nombre de recherches, mettre à sa disposition un réseau, ou bien encore de travailler sur une méthodologie de recherche d'emploi qui va de l'élaboration d'une liste d'entreprises à contacter à la préparation à l'entretien de recrutement... Entre chaque rendez-vous est établie une feuille de route remplie par l’étudiant et le référent professionnel pour noter les actions réalisées et celles qui restent à accomplir.
L’idée est de permettre aux étudiants de trouver une réponse à leurs interrogations, de leur donner les moyens de réussir mais sans obligation de résultat. Il ne s’agit pas en effet de trouver un emploi ou un stage à l’étudiant mais de le faire bénéficier d’une mise en compétences, afin que ce dispositif le rende capable de réussir une insertion professionnelle active.

La dernière phase du projet est l’évaluation de cette expérimentation, la phase de recherche, qui se base sur les entretiens individuels mobilisant chaque acteur en début et fin du dispositif (étudiant, parrain, chargé d’accueil) ainsi que sur des groupes de travail pour les entreprises et pour les acteurs des universités (chargés d’accueil et étudiants). Il est en effet essentiel que les étudiants soient proactifs et impliqués dans l’élaboration et l’évaluation de la méthodologie et des outils. L’évaluation de l’expérimentation porte sur quatre grands thèmes: l’engagement, la coopération des acteurs, la méthodologie d’accompagnement et l’effet « capacitant » du projet, à savoir l’acquisition d’un rapport au futur permettant de se sentir capable dans les dimensions professionnelles et personnelles.

G. C. Quels sont les résultats attendus du projet ?
L. J. Ce projet aboutit en premier lieu à un rapport de recherche de chaque pays qui évaluera ce dispositif pédagogique ; puis à la production d’outils permettant aux universités de faire de l’emploi des personnes handicapées une composante à part entière de leur dispositif pédagogique, avec notamment un guide pour les chargés d’accueil handicap ; enfin, à la conception d’un kit destiné aux acteurs du monde économique avec un guide d’accueil pour les référents des entreprises et un module de formation à l’accompagnement des personnes handicapées.
Deux dates importantes vont clore ce projet en 2012, avec la présentation des résultats au Parlement européen à Strasbourg le 12 septembre, ainsi que le colloque Univers’emploi de dissémination du dispositif le 25 septembre prochain à l’université Paris Ouest Nanterre.

Entretien réalisé par Gwenaëlle Charamond

Plus d’information

INS HEA
Europe Education Formation
Association Tremplin Etudes Handicap Entreprises