Entretien avec Marla Manigat, étudiante en Master 2 PIH A2 à l’INS HEA

You are here

Ecouter

Entretien avec Marla Manigat, actuellement étudiante à l’INSHEA en Master 2 Pratiques Inclusives Handicap Accessibilité Accompagnement (PIH A2) : Conseiller en accessibilité et accompagnement 

 

Comment avez-vous connu cette formation ?

Par l’intermédiaire du Bureau du secrétaire d’État à l’Intégration des personnes handicapées pour lequel je travaille en Haïti et qui a lancé un appel à candidatures. Lorsque ma candidature a été retenue j’ai aussi bénéficié d’une bourse de la Fokal.

 

Quel est votre parcours d’étude et votre parcours professionnel ?

J’ai une licence en gestion informatisée et j’ai passé cinq ans dans le secteur bancaire. Je travaille depuis 6 ans dans le domaine du handicap au sein du BSEIPH. Ce bureau est composé de différents services, sensibilisation, communication, étude et programmation, aide à l’insertion professionnelle. Cette possibilité de continuer mes études m’a intéressée, d’autant plus que je suis moi-même en situation de handicap.

 

Quelle est votre motivation pour suivre cette formation ?

Je travaille dans un bureau d’état dans lequel la plupart des personnes sont des personnes handicapées. Ce bureau a pour rôle de contribuer à l’élaboration de politiques publiques pouvant améliorer le statut, la situation et la qualité de vie des personnes handicapées. Il assure aussi le plaidoyer pour ces personnes.

 

Qu’attendez-vous de cette formation et comment pensez-vous réinvestir ces connaissances à votre retour ?

Cette formation est un lieu d’apprentissage, de réflexion et d’échanges. À mon retour, je serai « outillée » pour contribuer à l’élaboration de politiques publiques, pour favoriser l’accessibilité universelle et pour accompagner l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées.

 

Vous avez effectué quelques visites d’établissement, qu’est-ce qui vous a le plus marquée jusqu’à présent ?

Ce sont les établissements dans lesquels les personnes handicapées travaillent comme tout un chacun, j’ai vu par exemple la réalisation de produits artisanaux dans un Établissement et service d’aide par le travail, lieu de travail protégé.
Mais surtout c’est la visite d’une école inclusive qui m’a impressionnée : la motivation de l’enseignante, sa capacité d’adaptation et le plaisir manifeste qu’elle avait à enseigner à ces jeunes. La visite de ces lieux me permet de mieux visualiser ce qu’il serait possible de faire en Haïti.